6. Sources lumineuses

6.1 LED

La technologie LED que propose Regiolux convainc par son haut rendement et sa faible consommation d'énergie. Sa rentabilité se traduit aussi par un volume de maintenance réduit, une robustesse et une longévité élevée.
Pour pouvoir répondre à toutes les attentes, la structure des luminaires à diodes électroluminescentes doit permettre une gestion efficace de la température. Cela garantit les caractéristiques prévues et maintient la longévité annoncée.
Un refroidissement passif et efficace en est la conséquence technique. Un guidage de flux optimal agit non seulement sur l'efficacité énergétique, mais aussi sur le confort d'éclairage. C'est pourquoi vous pouvez être certains que tous nos luminaires à LED sont équipés d'un éclairagisme haut de gamme. Plus efficaces en termes d'énergie que les installations d'éclairage classiques, nos luminaires à LED doivent aussi répondre à toutes les exigences qualitatives de base imposées au confort d'éclairage. Dans ce domaine aussi, nous avons travaillé consciencieusement.
Pour nos luminaires Regiolux, nous avons défini des flux lumineux sélectionnés, le meilleur rendu des couleurs et différentes températures de couleur. Autre critère de qualité : la localisation chromatique homogène et stable. L'efficacité énergétique et la longévité ne suffisent pas toujours à faire pencher la balance en faveur d'un éclairage à LED. Si l'éclairage exige en outre des commutations rapides et fréquentes, une gradation comme dans les installations à commande, de longs intervalles de maintenance ou une robustesse particulière, la technologie LED accumule des atouts supplémentaires.
Grâce aux luminaires à LED Regiolux, vous pouvez vous aussi concevoir des éclairages de prestige qui mettront vos projets parfaitement en lumière. Nous établissons nos données d'éclairagisme avec le plus grand soin. En raison de la dynamique élevée qui caractérise les LED et les pilotes LED, les données électriques et photométriques indiquées par nos fournisseurs comportent habituellement une tolérance de ±10 %. Nos données sont donc assorties des tolérances mentionnées par notre fournisseur sur ses fiches techniques.
Nous mettrons volontiers ces fiches techniques à votre disposition si vous le souhaitez.

6.1.1 Avantages des LED
  • Faible puissance absorbée
  • Longévité élevée
  • Commutations illimitées
  • Éclairage total immédiat
  • Gradation progressive
  • Pas de rayonnement IR ni UV
  • Grande résistance aux chocs et aux vibrations
  • Dimensions réduites
  • Sans mercure

6.1.2 Flux lumineux et efficacité lumineuse

L'évolution très rapide qu'ont connue les LED ces dernières années leur permet de fournir également les quantités de lumière relativement élevées requises par l'éclairage général dans le domaine technique.

La quantité de lumière, soit le flux lumineux (unité : lumen) décrit l'ensemble du flux lumineux émis par une lampe ou un luminaire. Si le flux lumineux d'une LED se réfère uniquement au module à LED (ou à un point lumineux LED), on parle alors de flux lumineux brut. Cette donnée dépend de différents paramètres de service et elle est définie par le fabricant des LED. Si le module est intégré à un luminaire, le flux lumineux changera suite à la modification des conditions d'exploitation (notamment la température). De plus, les adaptations d'éclairagisme réalisées sur le luminaire (p. ex. un anti-éblouissement) génèrent des pertes, de sorte que le luminaire émet finalement un flux lumineux réduit. On l'appelle "flux lumineux net".
La définition de l'efficacité lumineuse est le rapport entre le flux lumineux émis et la puissance électrique appliquée, elle s'exprime en lumen par watt. Pour cette grandeur également, il convient de faire la différence entre la valeur brute et la valeur nette. L'efficacité lumineuse brute découle du flux lumineux brut du module, la puissance de raccordement électrique pouvant être calculée avec ou sans ballast.
Les programmes de planification tels que Relux déterminent cependant l'efficacité lumineuse nette et la désignent comme l'efficacité lumineuse du luminaire. Le flux lumineux net ainsi que la puissance du système issue des LED et du pilote en constituent la base. Si le facteur d'utilisation indiqué pour le luminaire à LED est exactement de 100 %, cela signifie que l'on considère les grandeurs nettes. En éclairagisme, on parle dans ce contexte de photométrie absolue. Sur le marché, on parle désormais de préférence de valeurs nettes.
Il est indispensable de connaître les valeurs brutes et nettes notamment pour comparer différents types de luminaires à LED car sinon, on compare ce qui n'est pas comparable.

6.1.3 Flux lumineux et température de couleur

Contrairement au mélange des couleurs rouge/vert/bleu, le fonctionnement de la plupart des LED à rayonnement blanc repose sur le fait que la puce LED génère d'abord un rayonnement bleu. Cette lumière bleue traverse une couche luminescente constituée de phosphore jaune, par exemple. Selon le principe de la conversion par luminescence, le bleu et le jaune donnent alors une lumière blanche.

Pour générer une température de couleur plus élevée, on ajoute des composants rouges à la couche luminescente. Ces composants travaillent toutefois de manière moins efficace. C'est la raison pour laquelle les luminaires à LED à température de couleur blanc chaud présentent, à construction et puissance égales, un flux lumineux plus faible que les modèles à température de couleur plus élevée.

Formation de la température de couleur des LED

6.1.4 Binning

La quantité de lumière et la température de couleur des LED varient en raison des tolérances de fabrication. Pour obtenir quand même une qualité d'éclairage constante à clarté et température de couleur égales, les LED sont classées en fonction de leurs valeurs. Les LED présentant des paramètres identiques ou similaires tombent dans le même "récipient" (bin). Plus les tolérances sont strictes, plus la qualité du binning est élevée.

Les termes techniques suivants liés au binning sont également usuels :

Consistance chromatique —  Température de couleur identique d'une lampe à l'autre
Constance de localisation chromatique —  Pas de dérive de la température de couleur due au vieillissement ou en cas de gradation des lampes

Un classement précis en fonction de la localisation chromatique (binning) respecte l'exigence qualitative de la technologie LED.

6.1.5 Gestion thermique

La lumière d'une LED n'émet pas de rayonnement infrarouge. Les LED sont ainsi idéales pour éclairer des objets sensibles, par exemple dans des musées ou des boutiques. Cependant, la production de lumière génère un dégagement de chaleur important directement dans la puce LED, en raison de la puissance volumique élevée sur une faible surface. Cette chaleur doit être évacuée étant donné que le flux lumineux et la longévité diminuent lorsque les températures sont élevées. Il est donc très important de concevoir le luminaire de manière que la chaleur puisse être dissipée efficacement, afin de garantir la température de service optimale pour les LED.

6.1.6 Longévité

La longévité des LED utilisées dans le domaine de l'éclairage technique atteint le plus souvent 50000 heures et plus. Les LED comptent ainsi incontestablement parmi les sources lumineuses les plus durables actuellement proposées. Dans la pratique, cela implique une réduction considérable des coûts de maintenance. Les données de longévité sont complétées par les valeurs de dégradation et de mortalité. La dégradation, exprimée en Lx, correspond au fléchissement du flux lumineux des LED en raison du vieillissement. La mortalité By désigne le taux de défaillance des LED.

Si un luminaire à LED porte la désignation L80B10, par exemple, cela signifie qu'après 50000 heures de fonctionnement, le flux lumineux est tombé à 80 % de la valeur initiale. Dix pour cent des LED peuvent également se situer sous la barre des 80 %, défaillances totales comprises. La température est un facteur important qui agit aussi bien sur le flux lumineux que sur la longévité. Une chaleur excessive a des répercussions négatives sur le flux lumineux et sur la longévité. C'est pourquoi une véritable gestion thermique avec dissipation efficace de la chaleur est particulièrement importante pour les luminaires à LED. Les longévités indiquées sont déterminées sur la base des normes internationales LM 80 et TM 21. Le procédé de mesure LM 80 (Measuring Lumen Maintenance of LED Light Sources) consiste à mesurer la baisse du flux lumineux à trois températures ambiantes différentes, sur une durée d'au moins 6000 heures. La durée d'essai pour les luminaires qui doivent obtenir une longévité de 50000 heures doit être étendue à plus de 8300 heures, ce qui représente presque une année entière. Les valeurs LM 80 déterminées entrent ensuite dans la méthode de calcul TM 21 (Projection Long Term Maintenance). Il s'agit là d'un modèle mathématique qui consiste à estimer par extrapolation la poursuite probable de la diminution du flux lumineux.

Si, par exemple, un luminaire LED est caractérisé par L80B10, cela signifie qu'après 50000 heures de combustion, le flux lumineux est tombé à 80% de la valeur initiale. Dix pour cent des LED peuvent également se situer sous la barre des 80 %, y compris les défaillances totales. La température est un facteur important qui influence à la fois le flux lumineux et la durée de vie. Trop de chaleur a un effet négatif sur le flux lumineux et la durée de vie. Une gestion thermique efficace et une dissipation efficace de la chaleur sont donc particulièrement importantes pour les luminaires à LED.

6.1.7 Papillotement (flicker)

En tant que sources de lumière électronique, les LED peuvent réagir extrêmement vite aux modifications de leur tension d'alimentation. Si cela entraîne une variation dans le temps de l'intensité de l'éclairage diffusé ou de sa température de couleur, on parle de papillotement (« flicker » en anglais). Selon la fréquence, le papillotement est visible ou non pour l'œil humain et peut porter atteinte à la santé, en provoquant par exemple des maux de tête ou des troubles neurologiques (épilepsie). L'utilisation d'équipements techniques tels que caméras vidéo ou lecteurs de codes-barres peut aussi provoquer des interactions. Dans le cas des luminaires à LED, les papillotements ne dépendent pas de la source lumineuse mais de la qualité du ballast utilisé. Ici, le fait décisif est l'interférence ou non d'une ondulation résiduelle avec la tension continue qui alimente les LED. S'il s'agit de ballasts DALI, il faut éviter d'amorcer les LED par un signal formé d'impulsions. Contactez-nous si vous souhaitez éclairer des zones sensibles sur ce point. Nous choisirons avec vous les éléments qui conviennent.

6.1.8 Sécurité photobiologique

La sécurité photobiologique selon DIN EN 62471 tient compte du rayonnement ultraviolet, visible et infrarouge des lampes et des luminaires. Normalement, les LED destinées à fournir un éclairage dans le domaine technique émettent exclusivement dans la plage visible. Le potentiel de lésions, par exemple de la rétine, dépend de la longueur d'ondes; il est le plus élevé dans le domaine spectral bleu (risque dû à la lumière bleue). La luminance, la distance à la source lumineuse et la durée de rayonnement sont les autres facteurs d'influence. Les luminaires à LED de Regiolux sont équipés de dispositifs suffisants pour limiter l'éblouissement, tels que diffuseurs ou lentilles, de sorte que le contact visuel direct avec les LED nues est impossible et que la luminance est réduite en conséquence. La norme susmentionnée classe le risque dû aux sources de rayonnement en quatre catégories. Les luminaires à LED de Regiolux sont testés et entrent dans les catégories de risques RG0 ou RG1. Les luminaires de ces catégories ne représentent aucun danger pour l'utilisateur en cas de comportement normal.

6.1.7 Gestion de l'éclairage à LED

L'utilisation d'éléments de gestion de l'éclairage permet d'augmenter encore l'efficacité énergétique des installations d'éclairage. Des enclenchements par détecteur de présence, entraînant relativement peu de frais, suffisent déjà à améliorer la rentabilité de telles installations. Étant donné que des enclenchements fréquents ne réduisent en rien la longévité des LED, ces dernières sont prédestinées pour ce type d'application. En outre, une LED fournit immédiatement un éclairage à 100 % et il n'est pas nécessaire de paramétrer de délai de fonctionnement. Les éléments présentés dans le chapitre "Light Control" ou des luminaires maîtres préparés tels que le modèle alvia M5S5 permettent de réaliser des réglages en fonction de la lumière du jour, avec ou sans fonction de détection de présence. Les économies potentielles sur les dépenses d'énergie peuvent atteindre 85 % par rapport aux anciennes installations à lampes conventionnelles et ballasts magnétiques.

6.1.10 Garantie

Nous proposons des garanties de 5 ans sur les modules à LED et les pilotes. Il suffit de s'inscrire sur le site www.regiolux.de/service/garantie/ au plus tard 2 mois à compter de la livraison.

6.2 LAMPES FLUORESCENTES

6.2.1 Rodage des lampes fluorescentes

Les lampes fluorescentes neuves – notamment en version T5 – requièrent une période de rodage d'environ 100 heures pour se stabiliser. Si les lampes fonctionnent sur des ballasts électroniques à gradation, le rodage doit se faire en gradation à 100 %.

6.2.2 Cool Spot

Les lampes T5 possèdent ce que l'on appelle un "cool spot" – le point le plus froid qui se trouve du côté de l'impression sur la lampe. Pour les luminaires à plusieurs lampes, veiller à ce que les extrémités imprimées se trouvent du même côté, afin que le "cool spot" ne s'échauffe pas. Si les sources lumineuses T5 sont agencées verticalement, l'impression doit être dirigée vers le bas.

Regiolux News – always up-to-date